Après Paris, la Mode Ethique s’invite à Berlin

4 juillet 2016 | Commerce équitable | Créations | Engagements écologiques

Cette semaine Les Mouettes Vertes se sont envolées pour Berlin à la re-découverte de L’Ethical Fashion Show, le haut lieu de la mode éthique européenne.

Ethical Fashion show le rendez vous de la mode éthique

Notre première visite à l’Ethical Fashion Show remonte à 2006. A l’époque, l'événement, créé par une femme visionnaire et opiniâtre Isabelle Quéhé, se tenait à Paris. De jeunes entreprises de l’éthique présentaient pour la plupart leurs toutes premières collections. La mode était une mode militante et très casual. Le t-shirt était d'ailleurs le produit phare de toutes ces marques, à la tête desquelles nous pouvons citer Ideo, Ethos ou encore Les Fées de Bengale. Cela rappellera peut-être des souvenirs à certains.

2006 : de la mode éthique plus que de la mode biologique

En 2006 peu de filières étaient certifiées GOTS. Nous étions encore au balbutiement d'un cahier des charges unique pour la définition du textile bio. Chaque entreprise d'audit avait son propre référentiel (Imo, Agrocel,  Control Union …). Par conséquent en 2006, toutes ces marques revendiquaient en priorité le fair trade, l’éthique bien plus que le bio.

10 ans plus tard…

Ethical Fashion Show Berlin 2016
Ethical Fashion Show Berlin 2016

Et bien le salon ne se tient plus à Paris mais à … Berlin. Un groupe ambitieux a fait l’acquisition du salon et a jugé pertinent de ‘’recentrer’’ le salon à Berlin, ville plus alternative. No comment.

Plusieurs choses nous ont frappés  lors de cette visite.

Une mode riche de sa diversité :

En clair il y en a pour tous les goûts : certes l’indétrônable t-shirt fait toujours partie de toutes les collections (mais n’est ce pas également le cas dans les collections des marques conventionnelles?). Néanmoins, ce qui est notoire c’est que les marques streetwear cotoient les marques casual chic, aussi bien que les marques au style très pointu. Les jeunes et moins jeunes peuvent trouver leur bonheur. La femme active peut trouver à s’habiller du lundi au dimanche, de sa session de sport à sa soirée en passant par le bureau.

L’augmentation du nombre d’exposants ne ment pas : en 5 ans Berlin accueillait 36 marques, aujourd' hui ce sont près de 140 marques qui exposent. Et les unes plus internationales que les autres.

Du BEAU et du BIO :

L’Ethical Fashion show est né sur la promesse d'une mode éthique. Aujourd’hui c’est d’abord une mode écologique. GOTS aurait pu sponsoriser l’événement tellement le logo était de tous les stands. Après tout quoi de plus logique : derrière le bio il y a de toutes les façons l’éthique. Par contre le contraire n’est pas vrai !

Un événement qui attire….

Les journalistes, les médias mais finalement peu de magasins ou de concepts store. Il est vraiment frappant lorsque l’on échange avec les exposants d’entendre que rares sont les détaillants (éco ou pas d’ailleurs) qui se déplacent. Seuls les journalistes, les bloggeurs, les e-influencers le visitent réellement. Par conséquent, les marques misent sur cet événement pour générer des parutions presse, du buzz média, et bénéficier du retour des détaillants. Beaucoup également nous ont indiqué qu’elles associent leurs followers  à leur process de création. La marque 1083 n'hésite pas à leur demander dans quels magasins ils envisageraient de voir la marque … et bien entendu au passage à leur parler de la marque.

Nouvelle époque nouvelles mœurs !

Et les français dans tous cela?

Force est de constater que parmi les marques françaises qui ont ouvert le bal de la mode éthique en 2006, aucune n’était présente à la session 2016 de Berlin
Peut être  EFS paris a-t-il été lancé trop tôt ? Les marques françaises ont certainement essuyé les premiers pas dans la création et la structuration des filières. Elles se sont également ''enfermées'' dans le monde bio. Rares sont celles qui ont réussi à plaire au plus grand nombre Veja,  Ekyog sont sans doute les 2 rescapés de cette époque ayant su mettre la mode avant l'éthique ou l'écologique.

Nous avons lancé récemment une marque Mon Zazoo afin de faire présenter notre créativité, et de se faire plaisir. Certes, la marque est éco-responsable mais lorsque l'on évoque la marque, on pense d'abord à la mode, et au plaisir. L'éthique et l'écologique font certes partie de la marque, mais ce n'est pas ce que nous mettons en avant en premier.

Mon Zazoo est un exemple de marque Slow Wear.
Mon Zazoo est un exemple de marque Slow Wear.

Et puis il ne faut pas oublier la force des réseaux sociaux… ce n’était pas le cas à l’ époque. Les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans le développement des marques. Alors, les français auraient ils eu raison trop tôt ?

Articles similaires

Le PET Recyclé, qu’en pense-t-on chez les Mouettes Vertes ?
21 janvier 2021
Nos partenaires indiens et le confinement
19 juin 2020
Loi antigaspillage : vers une économie circulaire.
11 juin 2020